• Français
  • English

Current Size: 100%

bloc feuilles

Version imprimable

Les Gorges de la Sioule

La Sioule…

La Sioule prend naissance près du Lac Servières. Situé entre Saulzet le froid et Orcival, il est formé d’une nappe circulaire profonde de 26.5m, couvrant 15ha, occupant un ancien cratère entre le Puy de Servières au Nord et le Puy de Combe Perret au Sud, tous deux boisés de pins et d’épicéas ; à l’est, s’étendent des pâturages et les eaux viennent affleurer les lèvres du cratère. Le ruisseau qui sert de déversoir au lac est considéré comme la branche mère de la Sioule qui prend donc naissance dans les Monts Dore , à 1200m d’altitude.

Elle traverse les départements du Puy de Dôme et de l’Allier ; 150km de cours, dont environ une centaine pour le Puy de Dôme et une cinquantaine pour l’Allier. Elle se jette dans l’Allier, au Nord de Saint Pourçain sur Sioule, au-delà de Contigny, à 250m d’altitude. Le confluent est en fait une sorte de delta aux nombreuses îles.

Cette rivière à méandres, impétueuse, aux eaux claires dans lesquelles vivent des truites, entaille la Combraille. Les deux rives sont dominées par des coulées de basalte projetées au milieu des granits.

Au bassin assez large de Pontgibaud succède une région de défilés pittoresques, parfois encore bordés de remblais artificiels de sable, vestiges des anciennes exploitations du minerai de plomb.

Au dessous de la falaise qui porte le nom de Montfermy, elle forme une boucle de 2km autour d’un cône volcanique. Mais le plus beau méandre est sans doute celui de Queuille.

Sur 35km, entre Heume l’Eglise et Manzat, elle traverse les restes d’une ancienne chaîne volcanique formée de plateaux basaltiques.

Autour de Messeix et st Gervais, elle frôle les petits bassins houillers.

Au nord-ouest, elle coule entre les collines du pays des Combrailles qui forment la transition avec le plateau de Millevaches et la plaine du Bourbonnais.

 

Et ses gorges…

Il est aisé de la suivre entre Châteauneuf-les-bains et Ebreuil. Tantôt lente et caressante, tantôt impétueuse et vive, elle traverse de larges vallées ouvertes puis de sombres défilés avant d’atteindre les calmes rivages du Bourbonnais, et terminer dans l’Allier sa longue course… C’est sur cette partie là, que durant la belle saison, les amateurs de sensations et les aventuriers de l’eau viennent découvrir la Sioule en Canoë.

Au-delà du nouveau pont de Menat, une route sinueuse mène à Ebreuil en traversant les gorges sauvages et resserrées que la Sioule a creusées dans le granit. Taillée en corniche à même le roc, elle longe la rivière que dominent par endroits d’imposants blocs de rochers ; ces silhouettes fantastiques, ravinées par les eaux, semblent avoir été façonnées de toute éternité par quelque sculpteur dément…

Ce sont les témoins vénérables de la lutte têtue et besogneuse de la rivière pour se frayer un passage à travers le massif de microgranite, d’une extrême dureté, qui lui barrait la route.

Au débouché des défilés, la vallée s’évase entre des coteaux riants, et voici qu’apparaît sur les hauteurs la silhouette du château de Chouvigny.

Après le pont de Saint Gal, le paysage change complètement. La Sioule s’alanguit entre de larges berges en abordant le golfe d’Ebreuil.